Accueil Non classé 27 janvier, ça continue…

27 janvier, ça continue…

4
0
242
3FE9D8F4-17F5-40C0-A75E-2E651A1DD5A6

 

9E2D4B9D-AC29-4E6B-A4E9-750DC523E366          BCE0964F-21E9-4E21-BDDC-E39E4CBED826
C’est parti pour 7 h de bateau, nous allons pouvoir vous parler du Chili un peu plus en détail.
Heureusement nous ne sommes pas arrivés trop tard ( alors que des chiliens nous avaient recommandé de venir vers 7h30 pour un départ à 7h disant que le bateau partait toujours en retard) , nous avons pu avoir des places sur les banquettes à l’intérieur, car ce bateau est beaucoup plus petit que le précédent et bien plein.(de nombreux jeunes routards squattent les banquettes pour finir leur nuit)
D’abord le Chili c’est les chiliens, toujours très accueillants, souriants en un mot très agréables.
C’est aussi, mais nous l’avions déjà évoqué, les chiens, partout, et heureux de vivre, dormant généralement dans la journée et aboyant la nuit….
Pas vraiment de surprises après ces premiers jours de Ruta7, la densité de population diminue,  les routes se dégradent, et la nature retrouve toute sa place, ça tombe bien, c’est ce que nous étions venus chercher, la nature, la sauvage! Les grandes  villes quelles qu’elles soient se ressemblent et nous (me) donnent envie de fuir. Ici dès que l’on s’éloigne de l’axe principal et de Santiago, on retrouve la nature comme à son origine. En plus nous avons eu un grand beau temps depuis le départ ce qui ne gâche rien .
La ruta7 par elle même nous a un peu surprise, nous pensions avoir plus d’asphalte, au moins dans les premiers tronçons. Jusqu’ici nous avons fait plus de pistes que de bonnes routes. Et encore il y a piste et piste. Certains tronçons sont assez roulants, 50/60km/h. D’autres sont carrément mauvais, trous, tôle ondulée, et avec notre petit engin, bien chargé de plus, pas question de dépasser les 20/30 à l’heure.
Au niveau vie quotidienne, plus on descend vers le sud plus la vie est  chère mais pas plus qu’en France.
En revanche pour tout ce qui est camping, c’est service minimum, et équipement,  comment dire, un peu “à l’arrache”. En fait chaque particulier avec un peu de terrain peut mettre un panneau camping, il lui suffit de mettre une douche dans un coin du terrain et des toilettes et le tour est joué  À notre  avis, aucun n’obtiendrait la moindre autorisation chez nous, et de loin.
Bon, on s’adapte et assez facilement après les premiers jours de réglage, il faut juste accepter de ne pas être super propre tout le temps et prendre ce qui vient. Dans les parcs les campings sont un peu mieux mais c’est douche à l’eau froide systématiquement… on a du mal!
En ce qui concerne l’organisation du petit camper et de nos sacs, comme à l’armée, d’ici quelques jours nous pourrons tout faire les yeux fermés .’’Yesss Sir’’
Alors quelques uns se demandent comment nous pouvons abandonner notre petit confort pour vivre ce genre d’aventure?
Réponse: quand vous vous levez le matin et que vous prenez votre café dans votre appartement bien chauffé, c’est bon. Mais quand le matin vous enfilez vos vêtements froids et humides de la nuit que vous sortez de votre camper en pleine nature dans un super paysage, le café que vous chauffez sur le camping gaz et que vous attendez avec impatience, cet ersatz de café plutôt dans un quart en fer blanc, il vaut les meilleurs espressos dégustés bien au chaud à la maison. Ce doit être notre côté “homme des cavernes” qui ressort… et puis quand on en a assez on prend une chambre dans un hôtel ou chez l’habitant et on profite du confort.
Arrivée on time à Raul Marin Balmaceda, et après débarquement et quelques kilomètres
2D412DF5-3A4B-4C52-8203-1F369847C993        0DD68870-35EC-45B1-8AA0-A8C5FC2EAC75
nouvelle surprise: autre bac à prendre pour traverser le Rio Palena.
Mais quand un ferry arrive avec une cinquantaine de voitures et qu’il faut prendre un petit bac qui en emporte 6 maximum: ça coince… Occasion de tailler une bavette avec des allemands amateurs de kayak et des Chiliens qui nous donnent des infos pour la suite du voyage. Bon , mais une bonne heure perdue quand même.
Puyuhuapi, charmante petite bourgade au fond du fjord du même nom où la moitié des habitants fait camping.
Et rustiques, très rustiques. C’est à dire: un petit bout de terrain, on met un max de campeurs avec une douche/lavabo/toilettes pour tous le monde. Donc soyez patients!
Basta, prochain soir on tentera les cabanas où hospedajes, hostages, residenciales , difficile de faire la différence mais on trouvera.
01841289-21B8-412F-B03A-EA472B3EA36D098037A6-D954-4DBE-8062-FA330E2BA1E6
Au camping, et coucher de soleil sur le fjord de Puyuhapi
 Les surprises s’enchaînent, quelques kilomètres après Puyuhuapi , longue file de voiture arrêtées en pleine route le long du lac. Me que passa? Après renseignement, route coupée sur 14 Kms! Heureusement que nous venions de nous renseigner au syndicat d’initiative…qui ne nous a rien dit
Et re ferry… et re attente, on laisse passer les véhicules prioritaires, un bac pour un seul bus, c’est parti pour quelques heures d’attente. Mais chez le chilien pas la moindre trace d’énervement Doivent être habitués. On en profite pour discuter, on se marre. Alors on fait comme eux et avec le sourire! C’est vrai que nous aussi on commence à être habitué..mais quand même.
Non, non, ne comptez pas sur nous pour extrapoler sur les réactions des automobilistes en France a ce genre de situation.
Mais brutale évolution de la situation, on nous fait évacuer des véhicules et reculer, ça va dynamiter! Et on va pouvoir reprendre la route? Mais non, ce sera bac.
BB9AF040-C667-46A2-BEBF-E79105B972E783B337DA-6C50-420B-80BB-3404D9483D8F
En résumé 3 heures perdues pour monter au glacier  Ventisquero Colgante. Mais rien ne peut nous arrêter, on y va quand même. 1 heure et quart de grimpette,  le spectacle est grandiose de ce glacier accroché dans son auge et de la cascade qui s’en échappe.
B0E317DD-1AA5-4520-B1A6-37184EF8FBE1                    90AB78A5-B110-4B95-A66A-3B1A788A4A5D
Bon maintenant nous nous sommes promis une bonne soirée au chaud et nous allons chercher une cabana  à Puerto Cisnes, charmant petit port fondé par des allemands au 18 eme siècle.
Mais ô surprise après quelques kilomètres une file de voitures est à nouveau arrêtées sur la route!
Par chance rapidement les jeunes chiliens avec qui nous avions sympathisé en attendant le 1 er bac  et qui sont comme nous dans la file, nous indiquent qu’il s’agit de travaux. Mince de travaux! On attend pratiquement une heure puis départ en file indienne avec une cinquantaine de voitures sur une route digne du salaire de la peur (lá il faut avoir un peu de culture…)ou du Dakar.
En conclusion, partis à 9h30 ce matin, une petite rando de 3h et 6h30 de voiture pour faire 80 km. A ce rythme là on va rater l’avion dans 15 jours car il nous reste 1500 km à faire !!
Arrivée à Puerto Cisnes vers 18h30, repérage de petites cabanas qui inspirent confiance et dernière surprise de la journée, la proprio nous annonce que ce week-end c’est la grosse fiesta ici, c’est la fête du ‘’Pescado Frito’’, si, si, donc tout est complet. Super et nous, notre petite soirée peinarde on en fait quoi? Bah ce sera en residential, c’est à dire chez l’habitant mais pas tout à fait comme à Chaiten, le niveau en dessous d’en dessous….. Vous laisse imaginer! avec eau chaude, enfin bouillante ou glacée au choix, mais rien au milieu. allez,  on leur pardonne, les chiliens sont sympas je vous dis.
50BD11E7-7671-438C-81E9-C524BF3BAE9C          43809050-89EA-47DF-946A-27EEE078FEE1
Vues de notre residential, et route vers Coihaique la grande ville de la Patagonie Chilienne
0432BD1C-40BD-4EF0-A7D5-8896F4C622C3           4E3FAB94-764A-4E05-94ED-0248E5C4A718
quel bonheur, environ 150 kms de bitume, et arrivés a Cohaique nous avons trouvé notre cabana en ville avec cuisine, salle de bain privée  et même 2 chambres!! Nous allons pouvoir faire chambre à part, la promiscuité de ces derniers jours nous pesait… je rigole bien sur . On fête ça avec un pisco  maison. salud!
FEB07D6F-4500-4EFA-B6CB-97532ED25ACA            6D3BD10F-0DA3-4435-A0D6-D81323D723F6
Bernardo El Libertador
  • B93B0769-16EB-4508-AB32-357073779842

    Retour au pays (bis)

    Contents de rentrer. Après six semaines à trainer nos sac il devient urgent de les aérer u…
  • 14C9EB0E-811F-41D4-98CA-5D19F94E1872

    Retour au pays

  • F06EF17A-E7D7-4850-A2FC-1BBA8ACDE3FE

    20 Fevrier, Igassu ou Igazu??

      D’accord avec Mme Roosevelt, les chutes du Niagara font piètre figure comparées aux…
Charger d'autres articles liés
  • B93B0769-16EB-4508-AB32-357073779842

    Retour au pays (bis)

    Contents de rentrer. Après six semaines à trainer nos sac il devient urgent de les aérer u…
  • 14C9EB0E-811F-41D4-98CA-5D19F94E1872

    Retour au pays

  • F06EF17A-E7D7-4850-A2FC-1BBA8ACDE3FE

    20 Fevrier, Igassu ou Igazu??

      D’accord avec Mme Roosevelt, les chutes du Niagara font piètre figure comparées aux…
Charger d'autres écrits par lapetitebaroude
  • B93B0769-16EB-4508-AB32-357073779842

    Retour au pays (bis)

    Contents de rentrer. Après six semaines à trainer nos sac il devient urgent de les aérer u…
  • 14C9EB0E-811F-41D4-98CA-5D19F94E1872

    Retour au pays

  • F06EF17A-E7D7-4850-A2FC-1BBA8ACDE3FE

    20 Fevrier, Igassu ou Igazu??

      D’accord avec Mme Roosevelt, les chutes du Niagara font piètre figure comparées aux…
Charger d'autres écrits dans Non classé

4 Commentaires

  1. Agnes

    28 janvier 2018 à 9 h 42 min

    L’aventure c’est l’aventure, bravo les Bulot ! encore quelques surprises sur la route à prendre avec la philosophie chilienne et vous reviendrez transformés !

    Répondre

  2. anniejp

    28 janvier 2018 à 19 h 18 min

    Super, un voyage comme on les aime, un peu « roots », proche de la nature et plein d’imprévus et qui nous rappelle aussi de bons souvenirs.
    Continuez, on prend un réel plaisir à vous lire, et on attend les épisodes suivants
    Annie et JPB

    Répondre

    • lapetitebaroude

      28 janvier 2018 à 21 h 27 min

      Oui en effet un peu roots, mais ce ne sont pas les nôtres ou alors elles sont loins!
      Enfin on s’y remet assez bien!

      Répondre

  3. Bermand

    29 janvier 2018 à 23 h 23 min

    Que du bonheur de lire votre journal. Un vrai roman d aventures j en ai meme des frissons.
    Je vous envie et vous tire mon chapeau.
    Moi de retour o village 9h30 pour faire Paris Luchon en train…un parcours de petite aventurière.
    Allez vivement le nouvel épisode.
    Bisous

    Répondre

Répondre à lapetitebaroude Annuler la réponse.

Consulter aussi

18 janvier une vie de chien

Autant à l’ile de Pâques c’était les chevaux en liberté que l’on voyait partout le long de…